Communiqué de l’Union Nationale Interprofessionnelle

jeudi 25 janvier 2018
par  Sud PTT 13

Communiqué de l’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraité-e-s de Solidaires Bouches-du-Rhône.
UN PROJET DE LOI QUI CRÉE DE NOUVEAUX ESCLAVES EN BAFOUANT LE DROIT DU TRAVAIL.

Déjà préconisé sous l’exécutif précédent, le gouvernement vient de mettre à l’ordre du jour une drôle de façon de permettre aux « aidants », (membres de la famille devant s’occuper d’un de ses proches, enfant ou parent) qui ont besoin de répit, d’être relayés :

  • donner un statut légal d’« esclaves » aux salarié/es concerné/es en mettant en œuvre ce qui est dénommé « baluchonnage », pratiqué au Canada et rebaptisé « relayage » par le quinquennat précédent.

En effet, avec l’article 29 du projet de loi sur l’ « État au service d’une société de confiance », relatif à des simplifications administratives et au droit à l’erreur, se niche l’organisation d’une expérimentation, devant être généralisée.
Cet article permet à des établissements et services médico-sociaux d’employer jour et nuit des salarié/es chargé/es de s’occuper de personne nécessitant une surveillance permanente.
Cette expérimentation, très précise, déroge à toutes les dispositions en vigueur sur le temps de travail de jour comme de nuit, ainsi qu’à toutes les clauses des conventions collectives de cette branche.
C’est là aussi une brèche ouverte pour remettre en cause les accords de branche du secteur social et médico-social et de l’aide à domicile.
Sous le prétexte fallacieux d’éviter que plusieurs intervenants s’occupent de la même personne, on crée une nouvelle forme d’esclavage qui générera de fait une maltraitance involontaire à l’égard des personnes âgées.
L’UNIRS /Solidaires13 dénonce cet article et exige son retrait.


Documents joints

Communiqué de l'UNIRS 13
Communiqué de l'UNIRS 13

Annonces

Adhésion à Sud PTT

Adhésion

Facebook SUD PTT 13


Conseillers-ères Salarié, Prud’homaux, Défenseurs Syndicaux et cabinet d’avocats