Le groupe La Poste, profiteur de la crise

jeudi 8 juillet 2021
par  Sud PTT 13

Communiqué de presse de la Fédération Sud PTT du 08 juillet 2021.
Après s’être auto-congratulés longuement sur la continuité des missions de La poste pendant la pandémie, les dirigeants du groupe publient les premiers chiffres sociaux pour 2020. Sur ce sujet nous sommes très loin du satisfecit avec un sombre record au niveau de l’emploi de 13 045 départs non remplacés à la maison mère. Sur le métier courrier ce sont 8000 postes qui ont été supprimés principalement dans la maîtrise et l’exécution, un vrai trou d’air en 2020 qui explique en partie le fiasco des plis électoraux des élections régionales.
Ces chiffres sont à mettre en parallèle avec la nouvelle « gouvernance » de La Poste qui est considérée comme une machine à cash par ses propriétaires, la Caisse des Dépôts et l’Etat. Pression maximum sur l’emploi, sous-traitance des activités, abandon du concept universel des services postaux pour ne servir que les « clients à potentiel », voici le tableau qui est proposé avec la remise en cause du modèle de La Poste française dont le développement sur les marchés concurrentiels équilibre les déficits des missions de service public. Un modèle qui a vu plus de 20 milliards d’€ investis en 20 ans sur des activités sans rapport avec les missions de service public de La Poste. Un modèle financé avec les bénéfices de la mission de service public du courrier, en d’autres termes de la vente des timbres.
Nous serions dans une multinationale détenue par des fonds d’investissement étranger, ce comportement cupide serait « naturel », mais dans le cas de La Poste nous sommes en présence de propriétaires publics, normalement soumis à des obligations d’intérêt général.
A l’arrivée, la modération salariale est constante avec, rappelons le, un accord d’intéressement à 0€ pour 2020, pas de prime COVID, Castex ou Macron, et sur le télétravail 35 000 agents à qui on refuse les conditions d’un accord unanime qui prévoit bien les situations exceptionnelles.
« En même temps » les 10 plus gros salaires du groupe ont augmenté de 10%, soit 4280 € mensuels supplémentaires par tête. Une pilule très dure à digérer pour les 189 690 agents de la maison mère !
La suppression des 13 045 emplois, la politique d’austérité salariale, le refus de participer à la satisfaction des besoins sociaux coïncident avec l’entrée de la CNP au capital du groupe. Une situation que SUD PTT suit de près, rappelons que la Caisse des Dépôts est sous contrôle du parlement, qu’elle doit servir l’intérêt général et qu’elle n’est pas censée faire n’importe quoi avec le groupe postal.


Documents joints

Le groupe La Poste, profiteur de la crise
Le groupe La Poste, profiteur de la crise

Annonces

Adhésion à Sud PTT

Adhésion

Facebook SUD PTT 13